Rapport annuel 2017/18 : on ne peut considérer un seul des droits fondamentaux de la DUDH comme acquis

Le Rapport 2017/18 d’Amnesty International rend compte de la situation des droits humains dans le monde en 2017.Capture du 2018-09-30 17-41-41.png
L’avant-propos, les cinq résumés régionaux et l’étude au cas par cas de la situation dans 159 pays et territoires mettent en lumière le combat que livrent de très nombreuses personnes pour reconquérir leurs droits, ainsi que les manquements des gouvernements en matière de respect, de protection et de mise en œuvre des droits fondamentaux.
Le présent rapport donne aussi un aperçu de certaines avancées obtenues de haute lutte, montrant que la défense des droits humains permet véritablement d’améliorer la situation. Il rend hommage aux femmes et aux hommes qui défendent les droits fondamentaux et continuent de se battre pour faire changer les choses, parfois au péril de leur vie.
L’année 2017 a vu la pauvreté et l’insécurité qui touchaient un grand nombre de personnes dans le monde être exacerbées par les mesures d’austérité et les catastrophes naturelles, et cette édition du Rapport d’Amnesty International s’intéresse aussi aux droits économiques, sociaux et culturels.
Bien que tout ait été fait pour garantir l’exactitude des informations fournies,celles-ci sont susceptibles de modification sans préavis
 

Les crimes internationaux

Au XXe siècle, le monde a connu un certain nombre de conflits et des crimes ont été perpétrés à grande échelle contre des populations civiles (Arménie, Shoah, Cambodge, ex-Yougoslavie, Rwanda). C’est dans ces conditions que l’idée d'une justice pénale internationale est apparue, avec des termes nouveaux : crimes contre l'humanité, génocide.
 
La définition de ses termes a été précisée au fur un mesure que des actions ont été engagées dans le but de punir les auteurs de ces crimes.
 
Comme le disait M. Benjamin Ferencz, ancien procureur au Tribunal de Nuremberg, « il ne peut y avoir de paix sans justice, ni de justice sans loi, ni de loi digne de ce nom sans un tribunal chargé de décider ce qui est juste et légal dans des circonstances données ».
Les crimes internationaux sont des crimes qui portent atteinte à la communauté internationale et qui sont incriminés par le droit international.
 
Les juridictions pénales internationales mises en place par les Etats depuis la seconde guerre mondiale n'ont pas pour but de juger toutes les infractions commises par des individus à l’échelle internationale mais seulement les crimes les plus graves.
 
Trois catégories d’infractions internationales ont été définies dans l’article 6 du statut du Tribunal de Nuremberg : les crimes contre la paix, les crimes de guerre et les crimes contre l’humanité.
 
Le statut de Rome, portant création de la Cour Pénale Internationale a rajouté le crime d'agression
 
L'article 29 du statut de Rome prévoit l'imprescriptibilité de ces crimes.
 
Le statut de Rome ne prévoit par ailleurs, en répression de ces crimes, que des peines d'emprisonnement et non pas la peine de mort.
 
Share/Save